Description des tâches

Tâche n°0 : Coordination du projet : vocabulaire, définitions, protocoles d’études (coord. Réjane Roure)

La coordination du projet consistera essentiellement en l’organisation de rencontres régulières et à la gestion du bon déroulement de l’ensemble. La responsable du projet servira de pivot pour l’articulation des différentes tâches, gérées chacune par un coordinateur spécifique, et veillera personnellement à l’avancement de chacune des tâches et au bon fonctionnement de l’équipe.

Afin de réaliser pleinement la dimension internationale du projet PRISME, nous prévoyons d’organiser des réunions biannuelles alternativement en France et en Espagne, au sein des universités ou des équipes qui sont partie prenante dans ce projet. Ces réunions présenteront à chaque fois une orientation thématique précise, liée à la réalisation d’une tâche, ou éventuellement de plusieurs tâches et donneront aux participants à ce projet l’occasion de se rencontrer pour mettre au point les éléments nécessaires à l’avancement de nos programmes, même si beaucoup d’informations circuleront aussi par voie électronique. Dans le cadre de ces réunions biannuelles seront également invités des chercheurs extérieurs au projet, mais dont les interventions seraient susceptibles d’éclairer nos travaux. Les coordinateurs de chaque tâche seront amenés à organiser d’autres rencontres à effectifs plus réduits afin de permettre l’avancement des travaux placés sous leur responsabilité.

La coordination du projet a été couplée à la clarification du vocabulaire employé, à l’harmonisation des définitions et à la normalisation des protocoles d’étude car il s’agit de trois points absolument fondamentaux pour le bon déroulement de notre projet. En effet, le domaine spirituel duquel relèvent les pratiques rituelles est par définition très délicat à aborder pour l’archéologie dont l’objet d’étude privilégié est la culture matérielle ; de plus quelle que soit la source documentaire utilisée, c’est un domaine touchant au non-dit, au personnel, au symbolique, qui rend impérative une mise au point claire du vocabulaire employé. En raison de la période concernée par le projet – l’âge du fer – et des cultures étudiées – celles de populations protohistoriques pour lesquelles les sources écrites sont seulement indirectes, c’est-à-dire passées au filtre des structures mentales d’autres peuples (les Grecs ou les Romains) – le terme de religion ne sera volontairement pas employé car trop fort sémantiquement ; on y a préféré l’expression neutre de pratiques rituelles. Le rite semble de fait le point commun incontournable de ces manifestations symboliques, quand le terme cultuel renvoie encore à un aspect que l’archéologie protohistorique a du mal à documenter. La première réunion de notre équipe sera consacrée à la constitution de ces bases préalables, à une mise au net du vocabulaire employé (rituel, cultuel, symbolique, religieux ; dépôt, culte, espace consacré), de ce qu’on met derrière chaque terme, et des définitions sur lesquelles on s’entend.

On s’attachera également à introduire les apports de l’anthropologie et de l’ethnologie sur ces questions des pratiques rituelles, sur leur déroulement, leur place dans la société et les traces matérielles qu’elles sont susceptibles de laisser. Il ne s’agit pas bien sûr de demander à l’ethnologie des réponses et de pallier la faiblesse de la documentation sur ces questions mais simplement d’enrichir notre réflexion et d’ouvrir des pistes nouvelles pour la compréhension des pratiques révélées par l’archéologie mais dont l’explication doit encore être affinée. Les discussions seront également orientées vers une mise à plat de nos modèles culturels. Ce champ sera enrichi des contacts que l’on pourra développer avec les ethnologues de l’Université Paul Valéry, notamment au sein des programmes transversaux de la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier.

Le deuxième volet de cette tâche sera l’établissement de protocoles d’études et d’enregistrements spécifiques d’une part pour chaque type de mobilier (métal, céramique, faune, restes humains) et d’autre part pour chaque type de manifestation de pratiques rituelles (pratiques domestiques et pratiques collectives). La mise en place de ces protocoles d’étude permettra d’avoir une homogénéité de la documentation qui seule autorisera les comparaisons, d’abord d’un site à l’autre, puis d’une région à l’autre, et plus largement donc sur l’ensemble de notre zone d’étude, de l’Espagne à la frontière italienne. Cette harmonisation des données permettra également de nourrir le débat sur la nature des différentes pratiques rituelles dont les tenants et les aboutissants pourraient être bien mieux cernés et évalués s’ils sont lus dans une seule et même grille de lecture. Enfin, ces protocoles intègreront la dimension taphonomique des restes étudiés afin de mieux comprendre le devenir des ensembles étudiés et de pouvoir ensuite remonter jusqu’aux gestes à l’origine de ces vestiges. Ces pratiques seront étudiées principalement dans les dépôts du Cailar et de l’Acapte où le nombre des objets comme leur fragmentation est importante et dont la compréhension sera déterminante pour l’interprétation globale de ces ensembles. L’analyse de ces processus taphonomiques complexes passera notamment par la saisie informatique des données numériques relevées lors des phases de terrain (coordonnées x, y, z) et le traitement de ces informations par des logiciels de visualisation 3D qui permettront de percevoir la fragmentation et la dispersion des vestiges céramiques et métalliques notamment et de compléter notre perception de la durée de constitution de certains dépôts particuliers.

L’ensemble des participants au projet sera sollicité pour le premier volet de cette tâche, lors de la première réunion qui nous rassemblera début 2010 ; plusieurs groupes de travail à effectif réduit permettront ensuite aux spécialistes de chaque discipline de définir chaque protocole d’étude spécifique.

Tâche n°1 : Etudes documentaires (coord. Benjamin Girard)

Notre projet reprend les principales orientations observées dans le domaine des « pratiques dévotionnelles et propitiatoires » (Arcelin, Brunaux 2003, 245) : les dépôts d’objets, les sacrifices d’animaux, les restes humains. Ces études documentaires sont la base du travail archéologique et permettront de mettre au point la documentation des principaux ensembles au cœur de ce projet (cf ci-dessous : liste des sites étudiés dans le cadre du projet), et de revoir celle des sites de référence dans le domaine des pratiques rituelles déjà publiés. Quatre types de vestiges feront l’objet d’études spécifiques : les vestiges métalliques, la céramique, la faune et les restes humains. Ces quatre groupes rassemblent l’essentiel de la documentation à la disposition des archéologues et feront donc l’objet de recherches distinctes mais complémentaires. Les résultats de ces études documentaires seront immédiatement intégrés aux réflexions communes menées dans le cadre des tâches 2, 3 et 4.

Etudes du mobilier métallique (coord. Benjamin Girard)

Le métal fait l’objet de fréquentes dépositions, à caractère plus ou moins spécifique (dépôts d’armes, dépôts de fibules, …) : plusieurs collections importantes seront étudiées dans le cadre de projet : les vestiges métalliques du dépôt du Cailar (par Benjamin Girard), ceux du site de Pech Maho (par André Rivalan et Nasrine Anwar), de la grotte-sanctuaire du Rajal del Gorp (par Mathieu Demierre) ; les objets des sites d’habitats feront également l’objet de nouvelles études, selon les protocoles mis en place dans le cadre de la tâche n°0 du projet.

Etudes céramologiques (coord. Réjane Roure)

Les vestiges céramiques nécessitent également des études spécifiques ; mobilier de base des recherches archéologiques, la céramique fait partie intégrante de plusieurs types de pratiques rituelles. Parmi les grands ensembles figurent l’étude du mobilier céramique du sanctuaire de L’Acapte (Giens), dirigée par Michel Bats et Michèle Giffault ; celle de la céramique associée au dépôt d’armes et de têtes coupées du Cailar, dirigée par Réjane Roure et celle du site de Pech Maho, dirigée par Eric Gailledrat, concernant les pratiques de commensalité. Les études céramologiques interviendront au cas par cas dès qu’elles s’avèreront nécessaires. Plusieurs ensembles dans des contextes domestiques (Lattes, Pontos, Ampurias, Ullastret) seront également étudiés ainsi que ceux déposés dans des grottes ou abris (Rajal del Gorp).

Etudes archéozoologiques (coord. Armelle Gardeisen)

La faune fait l’objet de traitements particuliers durant l’âge du Fer, relevant clairement du domaine des pratiques rituelles protohistoriques ; une reprise de l’ensemble du dossier s’impose donc, en mobilisant une documentation relativement éparse. De grands ensembles seront étudiés (Pech Maho) et la documentation de plusieurs sites d’habitat sera étudiée (Lattes, Montlaurès, …) ; en France ces travaux seront coordonnés par Armelle Gardeisen et en Espagne par Silvia Valenzuela.

Etudes anthropologiques (coord. Henri Duday)

Les restes humains retrouvés en contexte d’habitat ou en contexte de déposition en dehors du champ du funéraire feront l’objet d’une analyse spécifique ; là encore plusieurs collections seront au cœur de ce projet : celles des restes humains du dépôt du Cailar, témoignages de la pratique des têtes coupées ; et les restes humains du site de Pech Maho ; parallèlement une reprise de la documentation erratique sera entreprise, ainsi qu’une vérification à titre de comparaison des ensembles déjà publiés (Ullastrett par exemple) dans la continuité de ce qui est en cours sur Roquepertuse et Entremont par Henri Duday, Patrice Courtaud (IR CNRS, UMR 5199) et Elisabeth Rousseau. Ces études seront effectuées par Henri Duday, Sandrine Lenorzer, Elsa Ciesilski et Elisabeth Rousseau.

Tâche n°2 : Inventaire et analyse des pratiques rituelles domestiques (coord. Carmen Belarte)

Les pratiques rituelles qui appartiennent à la sphère domestique sont marquées d’abord par leur diversité qui a souvent gêné toute approche d’ensemble. Les vestiges matériels de ces pratiques sont souvent très tenus – un ou deux récipients céramiques, quelques os, quelques objets métalliques – mais leur identification est permise par leur nature – souvent le caractère spécifique du ou des objet(s) découvert(s) – et par leur localisation – dans les remblais d’installation des sols, dans les angles des pièces – qui permet la plupart du temps de les rattacher à des rites de fondation de nature apotropaïque ou à des pratiques rituelles propitiatoires.

Ces pratiques domestiques seront abordées par les membres de l’équipe impliqués dans des recherches sur les habitats, avec le concours des spécialistes nécessaires à l’étude de chaque catégorie de vestiges (faune, céramique, métal). Les archéozoologues, en dehors de l’identification des restes fauniques, prêteront tout particulièrement attention aux traces liées à l’abattage, à l’exploitation et à l’éventuelle consommation des animaux retrouvés dans ces contextes particuliers, afin de caractériser de possibles manipulations spécifiques, distinctes des marques liées à la consommation alimentaire usuelle. En ce qui concerne la céramique et les objets métalliques, il s’agira de définir la spécificité des vestiges et des assemblages retrouvés, leur lien avec les autres pratiques domestiques : les objets retrouvés en contexte de dépôt sont-ils fonctionnels ? présentent-ils des traces d’utilisation ou sont-ils fabriqués spécifiquement pour ces pratiques rituelles (cas des objets miniatures) ? Ces questions seront au cœur de la réflexion menée sur les pratiques domestiques. Parmi les ensembles répertoriés, il faudra également faire la part des contextes proprement rituels et des simples cachettes d’objets non récupérés, problème qui se pose notamment pour certains dépôts monétaires. Enfin, la localisation de ces différents dépôts au sein des habitats domestiques sera analysée et la mise en série de l’ensemble des données recueillies permettra peut-être d’observer certaines régularités qui ouvriront la voie à des réflexions plus abouties sur les modalités d’expression des pratiques rituelles domestiques.

La dimension chronologique sera également très importante pour cette tâche, comme pour la tâche n°3, puisqu’il s’agira de déterminer si ces pratiques sont attestées pour l’ensemble de la période étudiée dans le cadre du projet PRISME ou seulement durant une fourchette de temps réduite, comme cela semble être le cas de prime abord, et le cas échéant nous nous attacherons à analyser les raisons de l’existence ou de l’absence de ces pratiques à telle ou telle période.

Nous nous devons d’évoquer en dernier lieu un usage très particulier attesté dans les habitats de Gaule méridionale et d’Espagne et s’insérant manifestement dans le cadre des pratiques rituelles domestiques, celui de l’inhumation de jeunes enfants ou de périnataux au sein des maisons. Cet usage fait l’objet d’un projet de recherche à l’échelle de la Méditerranée et nous avons d’emblée exclu de notre approche le domaine funéraire, donc cette pratique ne fera pas partie des problématiques que nous traiterons dans le cadre de ce projet même si nous en tiendrons compte dans nos réflexions globales sur la question des pratiques rituelles domestiques de Gaule méridionale et d’Espagne.

Le travail consistera en des dépouillements bibliographiques et en une cartographie des sites, avec dessins de mobiliers, relevés, plan des vestiges et localisation au sein des habitats. Les principaux membres de l’équipe qui participeront à cette tâche sont Silvia Alfaye, Nasrine Anwar, Carmen Belarte, Loup Bernard, Helena Bonet Rosado, Jean Chausserie-Lapree, Anne-Marie Curé, Claire-Anne De Chazelles, Eric Gailledrat, Philippe Gruat, Sophie Ledrôle, Aurora Martin, Enriqueta Pons, Marta Santos et Florence Verdin.

Tâche n°3 : Inventaire et analyse des pratiques rituelles collectives (coord. Eric Gailledrat)

Le domaine des pratiques rituelles collectives et publiques est extrêmement large et s’est considérablement renouvelé au cours de ces dernières années. Plusieurs ensembles en cours d’étude permettront d’illustrer différentes facettes et manifestations de ces pratiques rituelles publiques : les fouilles récentes d’Eric Gailledrat ont montré que tout un quartier du site de Pech Maho semble avoir été aménagé de façon particulière en vue de certaines pratiques rituelles, les vestiges d’un important ensemble d’armes et de têtes coupées ont été mis au jour au Cailar, le site de Pontos a livré un ensemble original, l’étude d’une grotte-sanctuaire, celle du Rajal del Gorp a pu être intégrée à ce projet, et enfin le sanctuaire rupestre de l’Acapte, dédié au dieu Aristée, nous offrira un éclairage sur l’insertion d’un culte grec au sein d’un territoire indigène.

L’un des points analysé sera la place des fortifications des habitats protohistoriques dans le champ des pratiques rituelles. Deux faits devront être examinés : en premier lieu, on a récemment souligné (Garcia 2004) l’insertion de stèles à la base de nombreuses enceintes de Gaule méridionale, dans les premières assises, comme l’affirmation d’une continuité avec des espaces, ou des territoires, sacralisés antérieurement par ces stèles ; en second lieu, plusieurs exemples d’espaces à vocation rituelle accolés à un rempart sont attestées en Méditerranée nord-occidentale. Nous entendons reprendre l’ensemble de ce dossier afin d’examiner le caractère systématique ou localisé de ce type d’aménagements et les relier soit à une période précise, soit à une ambiance culturelle. De façon plus large, c’est aussi l’insertion des espaces consacrés au sein des habitats qui sera examinée, avec une mise au net de la documentation disponible pour les deux régions étudiées comme étape préalable. La mise en série de la localisation des données liées à des pratiques rituelles dans un espace géographique large permettra éventuellement d’observer des similitudes qui pourraient éclairer le rôle de ces pratiques au sein des habitats groupés. Enfin, à une échelle supérieure, c’est au niveau des territoires qu’on analysera l’implantation des lieux de cultes, stèles, et autres dépôts à vocation rituelle afin de déterminer si on peut esquisser une géographie du sacré des espaces que nous étudions dans le cadre de ce projet ; la notion de sanctuaires de frontière – très présente dans les civilisations classiques de la Méditerranée – sera examinée.

Il conviendra par ailleurs de s’interroger sur la dimension proprement rituelle de certains édifices et de certains aménagements qui ont pu avoir une fonction principalement politique, quoique l’on puisse douter qu’à l’âge du fer le politique soit dénué de tout lien avec des pratiques rituelles ; c’est notamment en faisant appel à l’ethnologie que nous comptons avancer sur cette question. Des questions presque similaires se posent sur la statuaire connue dans ces zones géographiques : s’agit-il de représentations politiques d’une élite voulant affirmer son pouvoir ou d’ancêtres protecteurs dédiés à la totalité de la population – ces deux hypothèses n’étant pas inconciliables ?

L’ensemble des vestiges de différentes natures liés à ces pratiques rituelles publiques sera examiné dans le cadre de la tâche n°1 comme nous l’avons vu et les résultats de ces travaux seront à terme examinés et confrontés. Une attention particulière sera accordée à la pratique gauloise de la tête coupée, en l’insérant dans une étude portant de façon globale sur la valeur accordée à la tête dans ces sociétés protohistoriques, avec ici également un recours à la documentation de type ethnologique, et surtout une collaboration étroite des archéologues et des anthropologues.

Enfin, comme pour les pratiques domestiques, la dimension chronologique sera fondamentale puisque l’on s’attachera en particulier à mettre en évidence l’apparition de certains phénomènes, l’ancrage historique de certains autres, en examinant aussi leurs liens avec des stimuli extérieurs.

Dépouillements bibliographiques et recherches de terrain avec leur cortège de plans et de relevés (les études de mobiliers font l’objet d’une tâche à part entière) seront là encore à la base de cette tâche qui sera conduite principalement par Eric Gailledrat, Réjane Roure, Mathieu Demierre, Gérard Bataille, Florence Verdin, Aurora Martin, Marta Santos, Helena Bonet, Michel Bats, Philippe Boissinot, Jean Chausserie-Lapree, Henri Duday, Raphaël Golosetti, Philippe Gruat, Sandrine Lnorzer, Patrice Arcelin, Enriqueta Pons, Silvia Alfaye, Elisabeth Rousseau, Elsa Ciesilski, Rosa Plana.

Tâche n°4 – Tâche transversale : Modèles et convergences. Multiculturalisme, acculturation et syncrétismes (coord. Philippe Boissinot)

La Gaule méridionale et l’Espagne de l’âge du Fer sont des milieux extrêmement ouverts où les échanges prennent une place croissante et de plus en plus prégnante au sein des sociétés protohistoriques. Or si les pratiques rituelles appartiennent certes à une dimension intime fortement liée aux cultures dans leurs composantes les plus essentielles, elles sont en même temps relativement perméables aux changements et à l’acculturation. Plusieurs populations coexistent dans les régions qui sont au cœur de notre étude, mais il est difficile de les identifier précisément et surtout de définir l’espace géographique qu’elles occupent ou encore les composantes intrinsèques de leur société, tant il est vain d’essayer d’appréhender des ethnies par le seul biais de l’archéologie pour des époques anciennes où font défaut les sources littéraires dans lesquelles les peuples s’affirment et revendiquent leur nom comme leur territoire. Toutefois, définir des aires spécifiques où se manifestent telles ou telles pratiques rituelles peut contribuer à appréhender ces espaces culturels. Dans l’espace géographique qui nous occupe, les peuples cités par les auteurs grecs ou romains, entre le VIe et le Ier siècle avant notre ère, sont les Ligures, les Celtes, les Ibères, les Celtibères, ainsi que les Grecs de Phocée et les Phéniciens qui ont implanté des fondations dans ces régions. Ce sont les interactions et les convergences entre les pratiques rituelles de ces différentes populations que nous examinerons dans le cadre de cette tâche, en nous attachant tou particulièrement aux implications du multiculturalisme de ces régions.

L’un des questionnements actuels de la recherche en Espagne méditerranéenne et en Languedoc-Roussillon est la place que l’on doit donner aux Ibères. Certains chercheurs avancent que les vestiges liés au monde ibérique en Languedoc-Roussillon ne sont le fait que de marchands, d’intermédiaires commerciaux fréquentant ces régions, quand d’autres affirment qu’ils sont liés à un fond culturel lié à une population implantée dans cette zone. Ces théories sont basées essentiellement sur l’analyse des sources épigraphiques et du matériel céramique ; la prise en compte des manifestations appartenant au domaine des pratiques rituelles pourra participer à l’éclaircissement de cette question.

Un autre aspect de notre étude portera sur la participation des indigènes aux cultes importés. Le principal site étudié pour cette question sera le sanctuaire de L’Acapte à Giens, sanctuaire rupestre dédié au dieu Aristée, où plusieurs centaines de coupes inscrites ont été découvertes, montrant que ce lieu était fréquenté par les Grecs habitants la fondation massaliète d’Olbia mais aussi par des personnes issues de la population locale puisque nous trouvons dans les dédicaces des anthroponymes celtes. Cette question pourra également être abordée avec les données d’Ampurias (Marta Santos), colonie phocéenne, avec celle de Marseille, qui ont fait l’objet d’une publication récente, et celles de Guardamar del Segura (Alicante). Le rôle du monde phénicien sera également examiné. Enfin pour la fin de la période d’étude de notre projet, certains membres de notre équipe (Florence Verdin, Corinne Sanchez, Raphaël Golosetti notamment pour la France) se pencheront sur l’impact de la romanisation, en Gaule méridionale et en Espagne et l’adoption de cultes et de pratiques rituelles nouvelles.

Le dernier objectif de cette tâche, et de notre projet dans son ensemble, sera de déterminer la part des éléments pouvant être reliés à une ambiance celtique, dans les différentes aires géographiques et culturelles étudiées. Dans cette optique, Gérard Bataille sera notre interlocuteur privilégié grâce à sa connaissance approfondie des pratiques rituelles celtiques continentales (Bataille 2008), et nous bénéficierons également du concours de Loup Bernard, Maître de Conférence à l’Université de Strasbourg. Le traitement des restes humains, les dépôts d’objets métalliques seront au centre de nos questionnements. Les ensembles étudiés en Gaule méridionale et en Espagne seront comparés à ceux révélés en Europe continentale au cours des deux dernières décennies.

Enfin, c’est dans le cadre de cette tâche que seront explorées les pistes ethnographiques susceptibles d’apporter un éclairage à notre approche des pratiques rituelles protohistoriques. Il ne s’agit pas bien entendu de demander à l’ethnologie des réponses et de pallier la faiblesse de la documentation sur ces questions mais simplement d’enrichir notre réflexion et d’ouvrir des pistes nouvelles pour la compréhension des pratiques révélées par l’archéologie mais dont l’explication doit encore être affinée. Ce champ sera pris en charge principalement par Michaël Dietler et Philippe Boissinot et pourra s’enrichir des contacts que l’on pourra développer avec les ethnologues de l’Université Paul Valéry, notamment au sein des programmes transversaux de la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier.

L’ensemble des chercheurs du projet sera impliqué dans cette tâche transversale, pour laquelle travailleront plus particulièrement Michel Bats, Réjane Roure, Gérard Bataille, Arianna Esposito, Eric Gailledrat, Silvia Alfaye, Philippe Boissinot, Rosa Plana, Florence Verdin, Corinne Sanchez, Marta Santos, Aurora Martin, Helena Bonet, Michaël Dietler, Jean-Christophe Sourisseau.