Colloque « Agglomérations et sanctuaires » (20-23/10/2011, Grand)

Colloque « Agglomérations et sanctuaires
Réflexions à partir de l’exemple de Grand   »

 Affiche Grand colloque 2011

Lieu : Grand et Centre « Visages de Jehanne » à Domrémy (Vosges)
Date : 20, 21, 22 et 23 octobre 2011

Comité d’organisation :

Thierry DECHEZLEPRETRE (Conseil général des Vosges, UMR 8546 – Archéologies d’Orient et d’Occident)
Katherine GRUEL (CNRS, UMR 8546 – Archéologies d’Orient et d’Occident)
Martine JOLY (Paris IV, UMR 8167)

Partenaires :

Service Régional de l’Archéologie (DRAC Lorraine)
Nancy-Université
SCEREN/CRDP/CDDP des Vosges. Grand

Programme du colloque :

A télécharger en cliquant ici

Présentation :

Depuis les années 1980, les archéologues ont progressivement cherché à qualifier les formes d’habitats groupés autres que les chefs-lieux de cité. Ainsi, les agglomérations secondaires ont été considérées comme des sites intercalaires dont les formes et les fonctions sont extrêmement variées. Relais entre la capitale de cité et le réseau d’habitats ruraux, elles participent à l’organisation de l’administration, de l’économie de la cité mais aussi à la diffusion des références religieuses de Rome, autour notamment du culte impérial.

Au sein de ces agglomérations, quelques-unes se distinguent par une organisation urbaine originale ayant amené à considérer que certaines fonctions y étaient prépondérantes. Ainsi, Grand a été présentée depuis les années 1960 comme l’exemple d’une « ville sanctuaire ». C’est Edouard Salin qui développe le premier cette hypothèse à partir des découvertes réalisées en particulier autour du « Monument du jardin Huguet » interprété quelques années plus tard comme un temple monumental de style gréco-romain. Si l’analyse de la documentation archéologique ne permet pas d’interpréter formellement ces vestiges comme les fondations d’un temple, l’important lot de sculptures pourrait provenir effectivement d’un – ou de plusieurs – édifices publics. Quelques années plus tard, c’est la mise en évidence d’une résurgence karstique sous l’église actuelle qui amène à développer l’hypothèse d’une « source sacrée » au centre géographique d’une agglomération alors considérée elle-même comme un vaste sanctuaire. Ainsi, le rempart, daté de la fin du Ier siècle ou du début du IIe siècle est interprété comme une enceinte de prestige isolant l’épicentre du site des quartiers d’habitation. Après la construction de ce rempart, l’habitat aurait été rejeté en périphérie, en particulier au nord, le long de trois voies d’accès.

Ces différentes hypothèses sont à replacer dans la réflexion qui prévalait dans les années 1970 quant à l’interprétation de sites où la fonction cultuelle était considérée comme prédominante dans certaines petites agglomérations, notamment les conciliabula. Si cette notion a été par la suite remise en cause, la présence d’édifices de spectacles mixtes, les théâtres-amphithéâtres, ainsi que de thermes et de temples, distingue certains habitats où les sanctuaires semblent structurer l’ensemble de l’habitat. La mise en perspective des découvertes récentes incite à s’interroger sur leurs spécificités réelles au regard de la diversité des fonctions représentées généralement dans les villes gallo-romaines. Il apparaît aujourd’hui que seule une étude du contexte archéologique est à même d’apporter des éléments de réponse, comme c’est le cas notamment au Vieil-Evreux (Eure) ou à Mandeure (Doubs). Aussi, il est proposé dans le cadre de ce colloque d’évoquer le processus de recherche qui a amené à considérer Grand comme une agglomération organisée autour d’un sanctuaire des eaux. Dans un second temps, différents sites seront mis en parallèle, de manière à confronter le « modèle » de Grand aux acquis les plus récents de la recherche. Une attention particulière sera portée à la place des lieux de culte dans le territoire de la cité et, à une autre échelle, dans la trame urbaine, à partir de sites sur lesquels des recherches étendues ont pu être menées. Longtemps limitées à l’exploration du sanctuaire lui-même, les recherches récentes s’appuient fréquemment sur des prospections géophysiques permettant d’appréhender le site dans son environnement. Au-delà de la question du rôle central ou périphérique que le ou les sanctuaires jouent dans l’agglomération, ces nouvelles méthodes permettent de mieux comprendre comment cette fonction s’insère dans la trame urbaine et son rôle éventuel dans le développement de celle-ci. Parallèlement, l’étude de ces agglomérations soulève la question des antécédents gaulois. Si peu de structures archéologiques antérieures à la conquête ont été mises en évidence à Grand, du mobilier de l’âge du Fer y a été régulièrement découvert. À partir de cet exemple, peut être soulevée la question de la documentation à notre disposition pour étudier et caractériser les lieux de culte à occupation longue. La question des fonctions du sanctuaire peut être également abordée sous cet angle et de manière diachronique. Enfin, ce colloque permettra d’évoquer également les acquis de la recherche sur les programmes iconographiques et architecturaux mis en œuvre dans les sanctuaires, ainsi que la place de l’eau. Aux côtés des sanctuaires de source ont existé d’autres lieux de culte où l’eau joue également un rôle central nécessitant la mise en place d’un système hydraulique sophistiqué qui participe à la théâtralisation du divin.

Sources :

http://www.archeo.ens.fr/spip.php?article1098
– « Agglomérations et sanctuaires gallo-romains », Colloque, Calenda, publié le mercredi 21 septembre 2011, http://calenda.revues.org/nouvelle18878.html


Vous aimerez aussi...