Audio : « Découverte d’exception : un lieu de culte gaulois monumental, dans le Mercantour » (France Culture, 13/05/2018)

France Culture, Carbone 14, le magazine de l’archéologie par Vincent Charpentier
Émission du dimanche 13 mai 2018, de 20h30 à 21h

Intervenants :

Franck Suméra
Conservateur en chef, Drac de Provence-Alpes-Côte d’Azur (CNRS et Université d’Aix-Marseille)

Au cœur des Alpes-Maritimes dans le parc du Mercantour, loin des sentiers battus, vient d’être mis au jour un monumental sanctuaire celtique. Avec son trésor grec, ses dépôts sacrificiels et son cortège « de pratiques rituelles atroces ». Jusque-là, sa découverte n’avait pas transpiré…

 

Le site en fin de fouille (crédits : F. Suméra)

 

Monnaie massaliote, tête d’Apollon et taureau (crédits : F. Suméra)

Loin des sentiers battus à plus de 1800 mètres d’altitude, dans un décor par essence grandiose, au cœur des Alpes Maritimes, dans le parc national du Mercantour, vient d’être mis au jour un sanctuaire celtique, tant inattendu qu’exceptionnel.

Anneau zoomorphe représentant un loup (crédits : Frank Suméra, MCC SRA CCJ)

Pouvait-on imaginer découvrir « du gaulois » à une telle altitude ? Longtemps, les espaces montagneux ont été perçus comme des zones marginales, excentrées, reléguées – hormis quelques découvertes spectaculaires dont la momie des glaces, Ötzi -. Face au changement climatique, dont la disparition des glaciers, « une archéologie des cimes » est, aujourd’hui, en plein renouveau.

Petits objets et bijoux découverts sur les sols d’occupation (crédits : Franck Suméra, MCC SRA CCJ)

Le site de la Tournerie se compose d’un édifice monumental, avec tours, enceint d’un profond fossé. Bijoux, armes y sont nombreux, le mobilier est si bien conservé que Franck Suméra suggère « nous avons l’impression d’être au lendemain d’une rave party »…

Trésor, offrande ou dépôt monétaire, 41 monnaies de Marseille en bronze, ont été trouvées entre les assises d’un mur d’une tour, elles appartiennent au groupe des « grands bronzes au taureau ». Les pratiques de condamnation des pièces (martelage trou etc.), la présence d’une côte humaine, la portée symbolique de l’image du taureau que l’on sacrifie sont « autant de points qui renvoient à des usages cultuels et évoquent une pratique qui s’apparente à la constitution d’une favissa ».

Mâchoire humaine déposée dans une cavité et portant des traces de feu sur les incisives (crédits : Aurore Schmitt, Aix Marseille Univ CNS EFS ADES)

Encore plus étonnant est la présence de nombreux ossements humains dont « le crâne rôti » d’un jeune adulte. Hormis « le Cailar », ce sanctuaire celtique est une exception puisque le Sud de la Gaule ne livre pas d’armes sacrifiées et des ossements humains dans ces espaces religieux.

A plus de 1816 mètres, les Celtes, durant plusieurs siècles, ont convoqué en ces lieux, le ciel et les dieux.

Vue sur les chaînes des Alpes depuis le sanctuaire de Cime de la Tournerie (crédits : Franck Suméra, MCC SRA CCJ)

Cette émission rend hommage à Christian Goudineau, Professeur au Collège de France, qui œuvra sur ce thème alors qu’il était directeur des antiquités historiques de Côte d’Azur.

Source : https://www.franceculture.fr/emissions/carbone-14-le-magazine-de-larcheologie/decouverte-dexception-un-lieu-de-culte-gaulois-monumental-dans-le-mercantour


Vous aimerez aussi...