Séminaire ENS : « 10e journée de Protohistoire celtique de l’ENS » (04/06/2015, Paris)

Séminaire de Protohistoire

10e journée de Protohistoire celtique de l’ENS – Paris

Dépôts et stockage en Europe au 1er millénaire avant notre ère

Seminaires ENS 2014-2015 - Depots

 

Programme :

10h15 : Bilan d’étape de l’ANR DEPOMETAL
Patrice BRUN (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / ARSCAN UMR 7041)

Le programme DEPOMETAL a pour titre complet : « Base de données interdisciplinaires (archéologie/archéométrie) pour la caractérisation des dépôts non funéraires métalliques (France, fin IVe mill. – fin Ier s. av. J.-C.) ». Il est financé par l’ANR dans le cadre des appels d’offre dits « Corpus ». Il réunit une vingtaine de participants, dont deux CDD et s’achèvera le 31 mars 2016.
Trois axes sont suivis :
1) élaborer une base de données des dépôts non funéraires à composante métallique,
2) préciser l’évolution des innovations métallurgiques,
3) élucider la/les signification(s) sociale(s) de cette pratique de dépôt.
La focalisation sur les dépôts non funéraires résulte du rôle crucial des dépôts non funéraires dans la connaissance de ces sociétés. Ils regroupent, en effet, les objets les plus nombreux, les plus prestigieux et les plus élaborés techniquement pour ces périodes. La question de l’évolution des innovations métallurgiques a joué un rôle majeur dans la périodisation et la conceptualisation de la pré- et protohistoire, structurées par les techniques : lithique, cuivre, bronze et fer. Tout projet de cette envergure suppose l’élaboration d’une base de données exploitable. Le propos consiste ici à les réunir, les uniformiser, les normaliser et leur ajouter les résultats d’analyses de composition élémentaire, afin de disposer d’un outil utilisable sous la forme d’une base de données client/serveur. Le caractère innovant de ce programme est d’abord de transcender les découpages traditionnels par périodes, par régions, ou par matériaux, et d’échapper ainsi aux déterminismes simplistes. Il est ensuite, plus concrètement :
a) de rassembler des données, en particulier de compositions élémentaires métalliques, qui ne l’ont jamais été à cette échelle,
b) de créer une interface webmapping aux possibilités multiples : l’interrogation spatiale de la base (sélection de sites par la carte et l’objet géographique prédéfini), l’obtention du résultat des requêtes sous formes tabulaires et cartographiques, avec un export en format de données tabulées, graphiques et SIG, la consultation via une connexion directe par des logiciels SIG open source, le développement de modules d’analyse de données, directement dans l’interface web ou dans des plug-ins.

10h55 : Les dépôts des âges du Bronze et du Fer en Belgique et dans le sud des Pays-Bas : constantes et variantes
Eugène WARMENBOL (Université Libre de Bruxelles)

Les dépôts d’objets métalliques en milieu humide, tout particulièrement d’armes offensives, est bien attesté en Belgique et dans le sud des Pays-Bas au Bronze final. Toutefois, contrairement à ce qui est communément admis, la pratique ne disparaît pas avec le premier âge du Fer, comme l’attestent les découvertes faites tant dans l’Escaut que dans la Meuse. Il n’a, bien sûr, jamais été question de « récupérer » ces objets.
Les dépôts « classiques », qui sont fortement standardisés dans ces régions au Bronze final, réunissent souvent haches et parures, avec parfois des déchets de coulée en sus. Ils ne disparaissent pas non plus avec l’époque de Hallstatt, comme en témoigne la trouvaille récente de Beerse, dans un contexte d’habitat. Il semble qu’il n’y ait jamais eu non plus l’intention de les remettre « en circuit ».
Nous nous interrogerons par ailleurs sur la nature des dépôts d’objets métalliques dans les grottes de Haute Belgique, ce qui nous permettra de présenter pour la première fois les découvertes faites dans les années ’60 dans la Grotte de la Wamme, à Rochefort, « oubliées » depuis dans les tiroirs d’un groupement de spéléologues amateurs.

11h35 : Variabilité temporelle et spatiale des dépôts non funéraires de l’âge du Bronze en Europe
Hélène BLITTE (Doctorante – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / Trajectoires UMR 8215)

Attestés dans l’ensemble de l’Europe, les dépôts non funéraires de l’âge du Bronze (2200 – 800 av. J.-C.) posent encore à l’heure actuelle un certain nombre de problèmes d’interprétation. En effet, ces ensembles majoritairement métalliques présentent une très grande variabilité temporelle et spatiale, aussi bien du point de vue du contenu que de celui de leur fréquence. Les objets ainsi rassemblés peuvent être entiers ou fragmentés, neufs ou usagers, et appartenir à une ou plusieurs catégories fonctionnelles, telles que des haches, de la parure, des éléments dits de « prestige » ou encore des armes. Mis au jour en milieu aussi bien terrestre qu’aquatique ou humide, ces dépôts livrent de un à plusieurs centaines d’objets, abandonnés volontairement. L’hypothèse privilégiée à ce jour pour expliquer ce phénomène est celle d’offrandes votives, déposées par les élites ou sous leur égide, dans le but de légitimer ou renforcer leur pouvoir. Ainsi, les périodes de crises socio-économiques ou d’instabilité politique ont probablement fait l’objet d’une intensification de cette pratique. Cette communication propose un tour d’horizon de la pratique en s’appuyant sur des analyses statistiques réalisées dans le cadre d’un travail de thèse. Ils couvrent l’ensemble de l’âge du Bronze et portent sur cinq zones-échantillon : le Massif armoricain élargi, le seuil de Bourgogne, le Danemark, le Mittelelbe-Saale-Gebiet et les Carpates occidentales.

14h00 : Les dépôts monétaires de la Grande Bretagne : nouvelles recherches sur quatre cents ans de découvertes
Philip DE JERSEY (Guernsey Museum)

On a trouvé environ trois cents cinquante trésors de la monnaie celtique dans la Grande Bretagne, depuis le milieu du dix-septième siècle. Le taux de découvertes a augmenté de manière significative depuis les années soixante-dix, en raison surtout de l’accroissement de l’usage de détecteurs de métaux. Mais le paradoxe de cette augmentation est que nous avons un manque très grave d’informations sur le contexte de la plupart des découvertes.

En dehors de ces problèmes, il est possible de pointer les principales orientations : un pic net dans la thésaurisation après de la Guerre des Gaules, par exemple, ou la possibilité d’une continuation d’utilisation des monnaies de l’Age du Fer durant la période romaine, dans quelques régions du pays. On voit aussi des tendances intéressantes dans les lieux de dépôt, avec une préférence marquée pour la déposition juste au-dessous d’un sommet.

14h40 : Les dépôts du Premier âge du Fer dans le domaine hallstattien
Stéphane VERGER (EPHE / AOROC, Umr 8546, Ens Paris)

15h20 : Entre refonte et circulation complexe : les dépôts d’objets métalliques dans l’arc alpin entre le VIe siècle et le début du IVe av. J.-C.
Luca TORI (Musée national suisse, Zurich)

Les régions alpines ont livré, entre le VIe et le IVe siècle av. J.-C., une quinzaine de dépôts d’objets métalliques répartis dans quatre aires géographiques et culturelles : Lombardie et Tessin, Vénétie, vallée de l’Adige, vallée de l’Inn. Fouillés et documentés à des époques et selon des modalités différentes, ces ensembles se caractérisent par une composition variée : lingots, déchets de fabrication, produits semi-finis, objets en relation avec la fonte du bronze, objets manufacturés plus anciens et étrangers au contexte local ainsi qu’objets manufacturés propres au contexte régional. L’occurrence d’une catégorie ou d’une autre et l’association entre elles permettent de formuler des hypothèses concernant la formation et la fonction originaire de chaque dépôt et, surtout, la circulation et les échanges de bronze entre la plaine du Pô et les régions situées au Nord des Alpes.

16h00 : Dépôts et objets isolés de montagnes : le cas des Alpes orientales
Caroline VON NICOLAI (Ludwig-Maximilians Universität München)

L’aire de diffusion de la culture de Fritzens-Sanzeno dans les Alpes orientales (Tyrol du Nord, Tyrol du Sud et Trentino) est caractérisée à la fin du premier, et plus particulièrement au second âge du Fer, par la découverte d’un certain nombre de dépôts et d’objets isolés en milieu alpin, en dehors des zones habitées, à une hauteur comprise entre 800 et plus de 2000 m. Ce phénomène s’inscrit dans une longue tradition attestée depuis le Néolithique avec une importance variable durant la protohistoire. Localisés dans des situations topographiques souvent extrêmes, les assemblages de mobiliers et d’objets isolés de l’âge du Fer permettent de s’interroger sur les raisons de leur abandon, intentionnel ou non, leur localisation et plus généralement à la notion du « dépôt ». Dans cette communication nous envisagerons non seulement la situation topographique et le contexte immédiat des dépôts et objets isolés rencontrés en milieu alpin, mais aussi leur composition, et leurs rapports avec d’autres types de sites de ces mêmes régions, tels que les habitats, les chemins, les cols alpins et les lieux de culte. Parmi ces derniers, ce sont tout particulièrement les « Brandopferplätze » (ou « roghi votivi » en italien), les lieux de culte emblématiques de la culture de Fritzens-Sanzeno marqués par l’incinération des offrandes, qui retiendra enfin notre attention.

16h40 : Conclusion
Informations pratiques :
Date : jeudi 4 juin 2015
Heure : de 9h30 à 18h
Lieu : École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
Salle des Conférences
 Seminaires ENS 2014-2015 - Depots Seminaires ENS 2014-2015 (04-06-2015)

Vous aimerez aussi...