Séminaire ENS : « Les dépôts des âges du Fer (3/3) » (22/05/2015, Paris)

Séminaire de Protohistoire

Les dépôts des âges du Fer (3/3)

Seminaires ENS 2014-2015 - Paysage

Programme :

Les dépôts rituels dans le Sud-Est de la Gaule à l’âge du Fer : de la réflexion méthodologique à la caractérisation de pratiques
Raphaël GOLOSETTI (AOROC, UMR 8546, ENS, Paris)

La nature (disque, plaquette) et le traitement du mobilier (perforation, découpe), la composition (assemblage et quantité) ainsi que le contexte de déposition (relation au milieu naturel et à l’occupation du sol) sont autant d’indices nécessaires à l’identification d’un dépôt rituel communautaire en Gaule méditerranéenne à l’âge du Fer en les dissociant des dépôts cultuelles domestiques ou funéraires. Seule une approche méthodologique s’appuyant sur un faisceau d’indices est ainsi légitime et pertinente.
Dans le Sud-Est de la Gaule, cette approche rigoureuse et contextuelle sur l’assemblage autorise une critique du caractère « naturiste » donné aux lieux de culte de l’âge du Fer et replace les pratiques dépositaires dans le cadre d’une conception de l’espace sacré délimité. Elle permet également de distinguer pratiques indigènes et massaliètes en matière de pratiques dépositaires. Cette réflexion engage à aller alors plus loin en observant que les dépôts rituels gaulois de la Provence ne comprennent que très rarement des objets exogènes ou d’influence massaliète malgré un contact économique fort avec la colonie phocéenne de Marseille. Contrairement au monde indigène d’Italie du Sud (Nava, Ossana, 2005), il est difficile d’identifier les espaces cultuels indigènes à partir d’un matériel emprunté au monde grec et typologiquement défini comme cultuel. Cette difficulté qui pose aussi des questions en partie méthodologiques, exige de s’intéresser quant à l’expression du fait religieux en Gaule méditerranéenne qui semble se faire, tout comme les pratiques funéraires (Dedet 2011), en dehors de l’influence de Marseille alors que de nombreux autres domaines (commerce, économie, technique) sont clairement en relation directe avec le monde massaliète.

Le dépôt de la Douix à Châtillon-sur-Seine (Côte d’Or) daté du Ha D-LTA1
Emilie DUBREUCQ (TRACES – UMR 5608 Université de Toulouse II – Le Mirail) et Veronica CICOLANI (AOROC, UMR 8546, ENS, Paris)

Le dépôt de la Douix à Châtillon-sur-Seine constitue un dépôt relativement atypique pour la fin du premier âge du Fer. Découvert à la fin des années 1990 dans une résurgence, il regroupe surtout des centaines fibules et est régulièrement cité dans les travaux sur les dépôts, en particulier ceux concernant le Centre-Est de la France. Dans le cadre de ce séminaire, nous nous proposons d’en faire enfin une présentation détaillée (à travers une approche quantitative et qualitative) pour ensuite tenter de l’interpréter et le réintégrer dans un contexte plus large à l’échelle de la société de la fin du premier âge du Fer.
Nous nous attacherons à aborder tout particulièrement les questions liées au type d’assemblage représenté dans ce dépôt et sa correspondance avec les autres sites humides de cette période, tout en discutant de la variété et de l’intensité de ces pratiques au 1er âge du Fer en France.

Informations pratiques :
Date : vendredi 22 mai 2015
Heure : de 10h à 13h
Lieu : École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
salle F (escalier D, 1er étage)
Seminaires ENS 2014-2015 (22-05-2015)

Vous aimerez aussi...