Dossiers d’Archéologie n°367 : « Cultes et rites chez les Gaulois » (janvier-février 2015)

Si César qualifie les Gaulois de peuple très religieux, leurs croyances, leurs divinités et leurs rites sont pourtant très mal connus, car nous ne possédons pratiquement aucun texte sur ce sujet. Aujourd’hui, grâce à l’archéologie et à ses méthodes toujours plus précises, toute une diversité de gestes rituels et de pratiques cultuelles – parfois spectaculaires – sont dévoilés dans ce numéro.

Couverture des Dossiers d'Archéologie n°367 - Cultes et rites chez les Gaulois

Feuilletez un extrait de ce numéro

Articles :

La protohistoire et l’archéologie du rite, par Réjane Roure (p. 2-5)

Grâce à des méthodes toujours plus précises, l’archéologie récente reconstitue les rites et les cultes des périodes qui ne sont pas ou peu éclairées par les textes. Dans le monde celtique, c’est toute une diversité de gestes rituels et de pratiques cultuelles – parfois spectaculaires – qui sont dévoilés.

Le Cailar, un dépôt exceptionnel d’armes et de têtes coupées, par Réjane Roure (p. 6-12)

Plus de cinquante crânes humains, des centaines d’objets métalliques, en majorité des pièces d’armement et des monnaies en argent, ont été découverts ces dernières années sur le site du Cailar, dans le Gard. Il offre aux archéologues un ensemble exceptionnel qui documente la pratique gauloise des « têtes coupées » et des dépôts d’armes au IIIe siècle avant J.-C.

Les oboles massaliètes du Cailar. Offrandes plutôt que monnaies ?, par Michel Py (p. 12-13)

Armes, pratiques rituelles et symboles guerriers, par Benjamin Girard (p. 14-21)

Au second âge du Fer, la Gaule méditerranéenne bénéficie de nombreuses sources archéologiques, iconographiques et littéraires qui permettent d’appréhender la place importante des armes et du guerrier dans les manifestations rituelles, et plus largement leurs rôles symbolique, politique et social au sein des communautés. Le dépôt d’armes et de têtes coupées du Cailar en est une preuve éclatante.

Des offrandes pour une porte. Rituel exceptionnel à l’entrée d’un oppidum ibérique, par Helena Bonet Rosado et Jaime Vives-Ferrándiz Sánchez (p. 22-27)

Entre 2010 et 2011, une découverte extraordinaire fut réalisée au niveau de la porte principale de l’oppidum ibérique de la Bastida de les Alcusses, près de Valence : le dépôt rituel de plusieurs centaines d’objets brûlés et détruits, dont cinq panoplies complètes de guerrier.

Prises de tête chez les Gaulois, par Elsa Ciesielski (p. 28-31)

Dans de nombreuses sociétés et à toutes les périodes, il existe des exemples de prélèvements de parties de corps (têtes, mains, oreilles, etc.) en contexte guerrier. Les Gaulois n’échappent pas à cet usage, puisque de nombreux vestiges archéologiques nous permettent d’affirmer qu’ils récupéraient des têtes. Les archéologues se demandent toutefois si tous les crânes appartenaient forcément à des ennemis ou si certains pouvaient appartenir à des personnages importants de la société.

Exposition publique de têtes et d’armes chez les Ibères du Nord, par Bibiana Agustí, Ferran Codina, Antònia Díaz Carvajal, Laura Lara, Gabriel De Prado, M. Carme Rovira et Eulàlia Subirà (p. 32-37)

Les Ibères du Nord, tout comme les peuples gaulois, exposaient rituellement les têtes coupées et les armes de leurs ennemis comme trophées de guerre. Dans les régions correspondant aux peuples ibériques des Laietanos et des Indigetes (au nord-est de la péninsule), les fouilles de différents oppidums ont permis de récupérer de nombreux restes de crânes humains présentant des signes évidents de décapitation, de lésions violentes et de traces de clouage associées au système d’exposition.

Des silos et des rites dans le monde ibérique, par Enriqueta Pons et Lídia Colominas (p. 38-43)

Sur le site ibérique de Pontós en Catalogne, des silos et des espaces domestiques de l’âge du Fer (VIIe-IIe siècle avant J.-C.) ont livré de curieux assemblages d’animaux, de céréales, de céramiques, voire d’objets plus insolites. Tout laisse penser à des dépôts rituels qui pourraient être en rapport avec les divinités agraires, les cultes chtoniens et le cycle des saisons. Le chien, lié au monde des divinités souterraines, y joue un rôle déterminant.

Le sanctuaire héroïque des Touriès et son exceptionnel ensemble sculpté, par Philippe Gruat (p. 44-47)

La fouille du site des Touriès (Saint-Jean et Saint-Paul, Aveyron) permet de suivre, pour la première fois en Méditerranée nord occidentale et en domaine celtique, l’évolution et le fonctionnement d’un grand sanctuaire héroïque du premier et du début du second âge du Fer (VIIIe-IVe siècle avant J.-C.).

Pratiques religieuses chez les Rutènes à la fin de l’âge du Fer, par Philippe Gruat (p. 48-51)

Selon une formule demeurée célèbre de Jules César: «Tous les Gaulois sont très adonnés aux pratiques religieuses.» Ce même auteur, dans le Livre VI de La guerre des Gaules, insiste sur le caractère régional, voire local, de certaines croyances et de quelques pratiques. Cela se confirme pleinement chez les Rutènes, où le phénomène s’accompagne, dans une large mesure, d’une partition géographique.

Une grotte-sanctuaire chez les Rutènes, par Matthieu Demierre (p. 52-53)

Les vases arvernes à décor animalier, par Yann Deberge (p. 54-57)

Au IIe siècle avant J.-C., la céramique peinte à figurations zoomorphes, surtout connue dans le nord-est du Massif central, montre des décors élaborés qui pourraient indiquer une utilisation dans un cadre religieux.

Diversité des pratiques cultuelles en Corse. Du mégalithisme au paganisme, par Nicola Ialongo, Marine Lechenault et Kewin Peche-Quilichini (p. 58-63)

En Corse comme ailleurs le protohistorien est fréquemment confronté à un manque flagrant de données sur les pratiques religieuses et donc sur les croyances qu’elles matérialisent. Cette situation est bien évidemment due à l’absence de textes, mais aussi et surtout à des problèmes de reconnaissance et d’interprétation des contextes. La rareté des témoignages ne constitue toutefois pas un biais insurmontable pour mieux connaître et comprendre les rites de la protohistoire corse et d’en dresser un aperçu chronologique.

Des Gaulois dans un sanctuaire grec, par Michel Bats (p. 64-67)

Sur la presqu’île de Giens, à L’Acapte, un sanctuaire est dédié au dieu grec Aristée. Il a livré des centaines de vases en céramique. Les dédicaces inscrites sur certains de ces vases révèlent l’identité des dévôts d’Aristée : si la plupart sont des colons grecs, les Gaulois apprécient également ses faveurs divines.

Dépôt d'”antiquités” dans les sanctuaires de Mandeure. Des rites particuliers ?, par Pierre Nouvel et Philippe Barral (p. 68-73)

La découverte d’objets anciens, antérieurs aux périodes d’occupation des lieux de culte, pose des problèmes méthodologiques délicats. Traduisent-ils des phases chronologiques non reconnues par les archéologues ? Ou ont-ils été apportés précisément en raison de leur ancienneté ? Dans le grand complexe cultuel de Mandeure, il semble que les dépôts d’antiquités, parfois préhistoriques, procèdent d’une sélection raisonnée, qui pourrait s’expliquer par le caractère étrange ou rare de certains objets.

Le sanctuaire de Juvigné de l’époque gauloise à la Gaule romaine, par Stanislas Bossard (p. 74-77)

Les découvertes effectuées à Juvigné, dans les Pays de la Loire en Mayenne, ont révélé l’existence d’un lieu de culte fréquenté pendant plusieurs siècles. Statuettes, monnaies, armement et objets de parure témoignent de la continuité de pratiques religieuses depuis la période gauloise jusqu’à l’époque gallo-romaine, enrichissant le dossier encore peu étoffé des sanctuaires laténiens de l’ouest de la France.

La part de Rome, par Sandrine Agusta-Boularot (p. 78-81)

Dans le Midi, la documentation archéologique livre peu d’exemples de lieux de culte de l’âge du Fer encore fréquentés à l’époque romaine. Les inscriptions montrent, en revanche, que nombre de divinités gauloises étaient encore honorées à l’époque impériale, mais dans des lieux de culte et selon des rites italiques.

Actualités :

Actualités – Expositions
Livres – La sélection de la rédaction

Source : http://www.dossiers-archeologie.com/numero-367/cultes-rites-chez-gaulois/part-rome.37339.php#article_37339


Vous aimerez aussi...