Du fait archéologique au geste rituel

Le projet de recherche PRISME est consacré à l’étude des pratiques rituelles et symboliques en Méditerranée nord-occidentale, dans toute leur diversité. Notre but est de mettre en série les données archéologiques et de les confronter aux découvertes récentes comme aux réflexions issues de l’anthropologie afin d’apporter un éclairage renouvelé à la connaissance de cette partie de l’histoire des populations protohistoriques. Les travaux novateurs de John Scheid sur la religion romaine (Scheid J., Quand faire, c’est croire : les rites sacrificiels des Romains, Paris, Aubier, 2005, 348p.) ont ouvert la voie à cette archéologie du rite pour laquelle il plaide ardemment et dans laquelle nous nous désirons nous inscrire aujourd’hui.

Les pratiques rituelles sont généralement définies comme des ensembles d’actes, de paroles, de manipulations (substances, objets), de représentations symboliques et de productions sonores (musique, chants, bruits) qui s’enchaînent selon un ordonnancement très précis, avec la participation de plusieurs personnes, voire de toute la société. Ces pratiques ne sont pas exclusives de la sphère religieuse, mais peuvent aussi se dérouler en dehors de toute référence à des cultes, dans des domaines très divers (politique, domestique, commercial). Les ethnologues mettent en avant l’idée d’efficacité sociale du rite, les différentes pratiques rituelles étant destinées à capter l’attention et à captiver les consciences pour les rendre conformes à ce qu’en attendent les usages culturels. Les pratiques rituelles constituent en effet une donnée essentielle des sociétés puisqu’elles font partie de ce qui définit un groupe humain ; pour reprendre la formule de Durkheim : « une société n’est pas simplement la masse des individus qui la composent (…) mais, avant tout, l’idée qu’elle se fait d’elle-même » or les pratiques rituelles sont l’un des ressorts fondamentaux, parmi d’autres, de cette conscience collective. Le principe fondamental de l’élaboration d’un rite étant sa répétition (Lévi-Strauss), l’archéologie est susceptible d’identifier des pratiques rituelles en corrélant des données matérielles éparses et en multipliant les comparaisons pour identifier ce type de manifestation. Certes on ne pourra jamais appréhender la totalité du « fait » rituel pour les populations protohistoriques puisque certaines dimensions de ces pratiques (paroles, chants) et surtout leur signification symbolique et spirituelle nous échapperont toujours, mais on peut étudier les expressions matérielles de ces pratiques, en étant pleinement conscient qu’il s’agit d’une vision partielle (mais n’est-ce pas un caractère propre à toute approche archéologique et même historique ?).

Réjane ROURE

Maître de Conférences Université Paul Valéry - UMR 5140 "Archéologie des Sociétés Méditerranéennes" Directrice du programme technologique SIA-Syslat Horizon 2020 du labex Archimede (IA-ANR-11-LABX-0032-01) Responsable scientifique du projet PRISME (ANR-09-JCJC-0143-01)

More Posts


Réjane ROURE

Maître de Conférences Université Paul Valéry - UMR 5140 "Archéologie des Sociétés Méditerranéennes" Directrice du programme technologique SIA-Syslat Horizon 2020 du labex Archimede (IA-ANR-11-LABX-0032-01) Responsable scientifique du projet PRISME (ANR-09-JCJC-0143-01)

Vous aimerez aussi...