Description du programme

1. Un projet de recherche sur les pratiques rituelles protohistoriques

Les pratiques rituelles des populations protohistoriques habitant sur les côtes du bassin nord-occidental de la Méditerranée sont encore largement méconnues, alors que dans d’autres régions cette thématique a fait l’objet d’avancées significatives. Notre projet vise à reprendre l’ensemble du dossier concernant ces pratiques – à l’exclusion du domaine funéraire, même si un dialogue avec celui-ci ne sera pas totalement absent – en réalisant un inventaire exhaustif des données à notre disposition en France et en Espagne méditerranéennes, puis en les confrontant afin de mieux comprendre les manifestations de type symbolique dans leur diversité, pour toute la période de l’âge du Fer jusqu’à l’époque augustéenne.

Ces deux zones géographiques abritent des populations diverses, mais offrent certaines convergences : la présence de colonies grecques ou phéniciennes, de nombreux métissages ethniques, des données archéologiques récentes. D’autres régions seront également sollicitées à titre de comparaison, afin de multiplier les éclairages sur ces pratiques, principalement l’Italie et l’Europe continentale. Dans le domaine spirituel, les données matérielles sont rares et toujours difficiles d’interprétation, c’est pourquoi l’élargissement de notre champ de recherche est nécessaire, afin de favoriser les rapprochements. De fait, beaucoup de manifestations symboliques relèvent de ce qu’on appelle désormais le patrimoine immatériel, et il peut sembler paradoxal de présenter un projet de recherche dans ce domaine quand on s’appuie sur une démarche scientifique basée sur l’exploitation des vestiges matériels. Pourtant, notre démarche n’est pas isolée, elle s’inscrit dans des approches récemment développées : aborder des aspects de nature immatérielle – le rite – à travers les traces matérielles que l’accomplissement de ces rites est susceptible de laisser. Une archéologie du rite est possible, comme le démontrent depuis quelques années les travaux novateurs de John Scheid (cf. Scheid 2005 et la communication intitulée « Archéologie du rite. Observations sur les recherches récentes » présentée au séminaire « Archéologie de la mort dans l’Empire romain. Nouvelles recherches à Rome, en Italie, en Germanie et en Gaule », organisé par l’EPHE (EA 4115), le Collège de France et l’European Science Foundation, le jeudi 11 octobre 2007). C’est dans cette dynamique que nous entendons inscrire nos travaux.

Les pratiques rituelles sont généralement définies comme des ensembles d’actes, de paroles, de manipulations (substances, objets), de représentations symboliques et de productions sonores (musique, chants, bruits) qui s’enchaînent selon un ordonnancement très précis, avec la participation de plusieurs personnes, voire de toute la société. Ces pratiques ne sont pas exclusives de la sphère religieuse, mais peuvent aussi se dérouler en dehors de toute référence à des cultes, dans des domaines très divers (politique, domestique, commercial). Les ethnologues mettent en avant l’idée d’efficacité sociale du rite, les différentes pratiques rituelles étant destinées à capter l’attention et à captiver les consciences pour les rendre conformes à ce qu’en attendent les usages culturels. Les pratiques rituelles constituent en effet une donnée essentielle des sociétés puisqu’elles font partie de ce qui définit un groupe humain ; pour reprendre la formule de Durkheim : « une société n’est pas simplement la masse des individus qui la composent (…) mais, avant tout, l’idée qu’elle se fait d’elle-même » (Durkheim 1979, 603-604) or les pratiques rituelles sont l’un des ressorts fondamentaux, parmi d’autres, de cette conscience collective. Le principe fondamental de l’élaboration d’un rite étant sa répétition (Lévi-Strauss 1971), l’archéologie est susceptible d’identifier des pratiques rituelles en corrélant des données matérielles éparses et en multipliant les comparaisons pour identifier ce type de manifestation. Certes on ne pourra jamais appréhender la totalité du « fait » rituel pour les populations protohistoriques puisque certaines dimensions de ces pratiques (paroles, chants) et surtout leur signification symbolique et spirituelle nous échapperont toujours, mais on peut étudier les expressions matérielles de ces pratiques, en étant pleinement conscient qu’il s’agit d’une vision partielle (mais n’est-ce pas un caractère propre à toute approche archéologique et même historique ?). Trop souvent il est vrai, le domaine du rituel a été utilisé pour attribuer un sens à des objets dont l’identification posait problème et dont les fonctions semblaient obscures, et au cours des dernières décennies, les archéologues ont beaucoup lutté contre cette tendance, jusqu’à une certaine dérive fonctionnaliste qui a conduit à bannir quasiment toute dimension rituelle de ces sociétés. Notre souci constant sera d’échapper à ces deux tendances opposées – le tout fonctionnel contre le tout religieux pour schématiser – pour simplement analyser les aspects matériels des pratiques rituelles sans vouloir chercher absolument à déterminer le sens derrière le geste, mais en ouvrant des perspectives et en proposant des hypothèses, après avoir étudié l’ensemble de ces manifestations sans y imposer de significations préconçues. C’est le but du projet de recherche présenté ici, qui vise à fonder une analytique du rituel adaptée aux conditions particulières de la recherche archéologique.

Seront prises en considération à la fois les pratiques domestiques, repérées dans les habitats privés, et les pratiques publiques collectives mises en évidence soit au sein des habitats groupés soit dans des espaces particuliers : sanctuaires, grottes, espaces consacrés. L’essentiel du travail sera fondé sur les données des fouilles archéologiques, anciennes – avec quelques importants ensembles inédits – ou récentes – plusieurs chantiers en cours durant la période 2010-2012 sous la direction de chercheurs participant à ce projet viendront alimenter ces problématiques –­ et sur l’étude du mobilier issu de ces travaux et des éléments d’architecture qui peuvent y être associés. Parallèlement, un travail bibliographique de fond sera réalisé sur divers aspects en prise directe avec les problématiques de ce projet, ainsi qu’une ouverture vers l’anthropologie culturelle qui a beaucoup travaillé sur ce thème, sans négliger l’analyse des sources historiques. Les inventaires réalisés seront informatisés dans des SIG (Système d’Information Géographique) ou des SIA (Système d’Information Archéologique) qui permettront de mieux cerner la répartition spatiale des manifestations rituelles en y intégrant bien sûr la composante chronologique et la contextualisation des données, de manière à proposer une restitution des dynamiques d’évolution de ces pratiques au sein des sociétés, de leur rôle éventuel dans la constitution des territoires et l’affirmation des identités, et de leur place au sein des échanges culturels et des métissages.

2. Description scientifique et technique

2.1. État des recherches sur la thématique des pratiques rituelles en Europe et en Méditerranée

Le dossier des pratiques rituelles protohistoriques s’est considérablement enrichi au cours des dernières décennies. De fait, si on estime souvent l’archéologie relativement démunie pour appréhender les domaines spirituel et symboliques, c’est pourtant des fouilles archéologiques qui ont révélé tout un pan de la civilisation celtique avec la mise au jour des grands sanctuaires de Gaule Belgique fouillés dans les années 80 en Picardie à Gournay-sur-Aronde puis à Ribemont-sur-Ancre (Brunaux et al. 1980) et par la suite dans les années 90, c’est encore l’archéologie qui a révélé tout le champ des pratiques rituelles publiques au sein des habitats gaulois avec notamment les fouilles d’Acy-Romance (Lambot, Méniel 1992, Verger 2000). Ces découvertes majeures ont bouleversé nos conceptions des pratiques rituelles protohistoriques et ont contribué à redynamiser cette branche de la recherche.

Pendant très longtemps en effet, les pratiques rituelles protohistoriques n’avaient été perçues qu’au travers des auteurs de l’Antiquité classique et principalement selon une vision naturaliste héritée du XIXe siècle. Les vestiges matériels n’étaient que peu sollicités pour éclairer les pratiques rituelles de l’âge du Fer alors qu’ils renouvelaient profondément, à partir des années soixante, les recherches concernant l’économie antique et protohistorique. Durant cette période marquée par le triomphe de l’archéologie processuelle puis post-processuelle, on rejetait souvent en bloc toute explication relevant du domaine rituel en privilégiant systématiquement une interprétation fonctionnelle. Le renouveau des études sur les manifestations symboliques est venu d’abord de l’archéologie préventive et des découvertes fondatrices de Gournay-sur-Aronde, puis d’une réorientation globale des problématiques de recherche sur la religion gauloise d’une part, sur les pratiques rituelles de l’autre, comme l’ont montré notamment les actes du colloque de Saint-Riquier en 1990 (Brunaux 1991).

Un important renouvellement des données et des problématiques a donc eu lieu dans la moitié nord de la France et en Europe continentale depuis une trentaine d’années. Plusieurs colloques internationaux touchant de façon plus ou moins spécifique aux pratiques rituelles ont eu lieu au cours de ces dernières années : en 2001, un colloque organisé par l’Ecole française de Rome et le CNRS (UMR 7041, 8546 et 8585) a été consacré à un aspect de ces pratiques : « Les rites de victoire (IVe siècle avant J.-C. – Ier siècle après J.-C.) » ; en 2004, un colloque international intitulé Saturnia Tellus. Definizioni dello spazio consacrato in ambiente etrusco, italico, fenico-punico, iberico e celtico a été organisé à Rome conjointement par l’Ecole française de Rome (Stéphane Verger), le CNR (Sergio Ribichini) et l’Ecole espagnole d’histoire et d’archéologie à Rome (Xavier Dupré Raventos) ; en 2005, le volet thématique du XXIXe colloque international de l’AFEAF (Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer), organisé à Bienne (Suisse), portait sur le thème « Dépôts, lieux sacrés et territorialité à l’âge du Fer » (Barral et al. 2005) ; en 2007 la thématique de la table-ronde organisée à Neuchâtel pour commémorer le 150e anniversaire de la découverte du site de La Tène était « Dépôts, sanctuaires et sociétés » ; enfin en 2008, les XXIXe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes ont été consacrée aux dépôts sous le titre « Du matériel au spirituel : réalités archéologiques et historiques des « dépôts » de la préhistoire à nos jours ». Mentionnons aussi deux expositions : l’une intitulée A la rencontre des dieux gaulois. Un défi à César, présentée en 1998 et 1999 au Musée archéologique de Lattes puis au Musée des Antiquités Nationales à Saint-Germain-en-Laye ; l’autre, réalisée en 2006, au musée de la civilisation gallo-romaine de Lyon, accompagnée d’un catalogue intitulé Religion et société en Gaule (Goudineau 2006) ; et différents programmes de travail dont un portant sur l’armement dans les pratiques rituelles dont les résultats ont été publiés par Maria del Mar Gabaldon Martinez (Mar Gabaldon Martinez 2004), alors que pour la Gaule, un dossier collectif intitulé Cultes et sanctuaires en France à l’âge du Fer a été publié en 2003 dans Gallia, sous forme de synthèses régionales et de notices de sites, avec une introduction de Patrice Arcelin et Jean-Louis Brunaux (Arcelin, Brunaux 2003).

Toutes ces recherches ont eu un impact certain sur les travaux menés dans la partie sud de l’Europe mais la France méridionale et l’Espagne sont cependant restées quelque peu à l’écart de ce renouvellement des études concernant le domaine spirituel et de leur nouvel essor, l’étude des pratiques rituelles dans ces deux régions demeurant souvent cantonnée aux bâtiments et à la statuaire. C’est pourquoi l’ensemble du dossier mérite d’être repris dans ces nouvelles perspectives pour ces régions où des découvertes récentes doivent encore être analysées, grâce à une approche transversale dynamique s’appuyant sur les travaux antérieurs. Un premier travail de synthèse a été effectué pour la Gaule méditerranéenne au début des années 90 (Arcelin, Dedet, Schwaller 1992), dans le cadre d’une étude sur les « espaces et monuments publics protohistoriques de Gaule méridionale », dirigée par Dominique Garcia. En Espagne, un bilan a été réalisé en 1995 pour le domaine celtibère (Sopena Genzor 1995)  et plus récemment, en 2003, pour le monde ibérique (Moneo 2003). En ce qui concerne la Gaule méridionale, après le dossier de 1992, il faut attendre 2003 pour un nouvel article de synthèse sur la question des pratiques rituelles (Arcelin, Gruat 2003), au sein du bilan dirigé par Patrice Arcelin et Jean-Louis Brunaux dans Gallia. Or depuis 2003 d’importantes nouvelles découvertes concernant le domaine des pratiques rituelles collectives ont eu lieu dans cette région, avec notamment la reprise des fouilles de Pech Maho dans l’Aude (Gailledrat, Marchand 2003) et la mise au jour d’un important dépôt d’armes et de têtes coupées sur le site du Cailar dans le Gard (Roure et al. 2006) qui poussent à revoir l’ensemble des données. Par ailleurs, les auteurs du bilan présenté dans Gallia soulignent l’importance du travail à accomplir dans le domaine des pratiques rituelles de l’âge du Fer qui ne peuvent s’entendre que comme un ensemble, c’est pourquoi nous avons voulu intégrer à ce projet à la fois les pratiques publiques ou collectives et les pratiques domestiques. Parallèlement, l’élargissement de notre zone d’étude sera un moyen d’appréhender ces pratiques rituelles protohistoriques sous des angles nouveaux, en multipliant les cas d’étude, en Gaule méridionale (Languedoc-Roussillon et Provence) et en Espagne (Catalogne, pays valencien, Aragon). Le dossier réalisé pour Gallia a ouvert un certain nombre de pistes de recherche que nous allons emprunter dans ce projet. L’un des points à réexaminer sera notamment la localisation  des lieux consacrés  à la pratique des cultes, que les auteurs du dossier placent en très grande majorité hors des habitats groupés : or les découvertes anciennes et récentes du Midi montrent tout de même un investissement très fort des habitats par les pratiques rituelles collectives. Il faudra également relativiser la notion d’espaces naturels, en signalant par exemple qu’il ne s’agit pas d’une spécificité du monde celte comme le montre le sanctuaire rupestre d’Aristée à Giens, lié à la colonie massaliète d’Olbia, dont l’étude sera reprise dans le cadre de ce projet. Ce sanctuaire permettra par ailleurs des avancées certaines dans le domaine de l’acculturation et des métissages ethniques puisque les noms inscrits sur les céramiques dédiées à Aristée, retrouvées en ce lieu, permettent de penser que Grecs et Indigènes se sont mêlés dans l’accomplissement de pratiques rituelles (Coupry, Giffault 1982).

Les pratiques rituelles protohistoriques et antiques ont donc été largement étudiées au cours de ces dernières années, pourtant les synthèses ou les présentations de données réalisées lors de ces différentes manifestations ont surtout mis en évidence les lacunes de notre documentation et les faiblesses de notre interprétation dans le domaine du spirituel. Ces rencontres ont également mis en évidence l’absence notable de liens forts et de programmes d’étude communs entre l’Europe continentale et le sud-ouest de l’Europe : la Gaule et l’Espagne méditerranéennes. Ces deux régions doivent être étudiées en parallèle des dernières avancées de l’archéologie européenne, or elles sont restées presque totalement à l’écart des grands débats de ces dernières années sur la thématique des pratiques rituelles, à quelques exceptions près. La documentation de ces régions est certes connue, pour sa composante la plus évidente en tout cas : la statuaire et les monuments publics, mais un travail de recension exhaustif et une étude d’ensemble manque encore. C’est une fois ce travail effectué que les comparaisons avec l’Europe continentale ainsi qu’avec le reste de la Méditerranée pourront vraiment être réalisées et porter leurs fruits. Ce projet participera ainsi à la nécessaire homogénéisation des données qu’appellent de leurs vœux Patrice Arcelin et Jean-Louis Brunaux dans la présentation du dossier de Gallia (Arcelin, Brunaux 2003, 1).

2.2. Un projet novateur et ambitieux aux objectifs précis

L’objectif principal de ce projet consiste à cerner le domaine des pratiques rituelles protohistoriques en Méditerranée nord-occidentale en publiant un inventaire raisonné des diverses pratiques mises en évidence par l’archéologie et en étudiant de manière transversale les manifestations symboliques des civilisations protohistoriques de ces régions dans toute leur diversité. L’inventaire même des données n’est pas un exercice simple dans le domaine des pratiques rituelles, car le spirituel ou le symbolique sont difficiles à percevoir et même à définir – c’est pourquoi cette question des définitions sera abordée dès le début de notre projet (cf. ci-dessous 3.2). L’originalité du projet PRISME réside essentiellement dans la volonté affirmée d’embrasser la totalité du domaine des pratiques rituelles sans déconnecter les ensembles qui relèvent de pratiques publiques collectives de ceux qui appartiennent à la sphère domestique privée, ce qui a parfois été réalisé dans des synthèses – forcément réductrices car globalisantes – mais rarement dans des programmes d’étude de moyen terme. Il s’agit par ailleurs d’une thématique qui n’a jamais bénéficié d’un axe de recherche spécifique au sein de l’équipe support de ce projet l’UMR5140.

L’ambition première des participants sera d’avancer de manière significative la publication de données de fouilles anciennes ou récentes encore inédites (sanctuaire de L’Acapte, dépôt du Cailar, fouilles de Pech Maho, grotte du Rajal del Gorp notamment) en les replaçant dans leur contexte culturel, ethnique et chronologique. L’un des caractères novateurs de ce projet sera d’intégrer dans un programme commun des recherches archéologiques programmées en cours de déroulement dont l’étude bénéficiera des avancées scientifiques réalisées collectivement ; certaines appartiennent déjà à des programmes communs au sein de l’UMR5140 mais pas sur la thématique des pratiques rituelles.

L’un des atouts majeurs de ce projet réside dans sa dimension européenne : nous présentons un programme unissant chercheurs français et chercheurs espagnols, non seulement des chercheurs travaillant sur les Ibères, dans la continuité des relations anciennes établies par l’équipe de protohistoire de Lattes avec les archéologues catalans, mais aussi des chercheurs travaillant dans le pays valencien ainsi que sur les Celtibères. Travailler à la fois en parallèle et en synergie permettra d’appréhender les divergences comme les similitudes que peuvent offrir les pratiques rituelles documentées en France et en Espagne méditerranéennes à l’époque protohistorique (âge du Fer) afin de définir de façon plus fine et plus nuancée les ambiances culturelles de chacune des régions étudiées dans le cadre de ce programme de recherche. La comparaison de ces deux régions méditerranéennes apportera également beaucoup à la compréhension du multiculturalisme imprégnant l’époque protohistorique dans cette zone de contacts multiples et profonds : contacts avec les Phéniciens et les Etrusques, colonies phocéennes de Marseille et d’Ampurias, populations celtes et ibères, …

Le projet PRISME offrira l’occasion de définir des protocoles d’études communs et des grilles d’analyses dans lesquelles seront intégrées données anciennes et travaux récents, en veillant notamment à harmoniser le traitement des données, qui seul permet des comparaisons fiables d’un site à l’autre et à une échelle supérieure d’une région ou d’un pays à l’autre. Cette harmonisation du vocabulaire et des définitions a déjà été partiellement réalisée dans la zone géographique de notre projet en ce qui concerne l’enregistrement des données de fouilles (logiciel Syslat utilisé sur la plupart des sites de Gaule méridionale inclus dans ce projet et sur plusieurs sites en Espagne), elle devra être poursuivie en ce qui concerne les typologies des différents mobiliers archéologiques. Cette harmonisation des données permettra de rendre beaucoup plus lisible le champ de recherche des pratiques rituelles pour nos collègues nationaux et à plus forte raison internationaux, facilitant ainsi les liens indispensables à toute recherche, avec pour but avoué d’en finir avec le relatif isolement de la Gaule méridionale et de l’Espagne protohistorique au sein des recherches sur l’âge du Fer européen.

De fait, l’un des objectifs prioritaires de ce programme sera de cerner plus précisément les relations qu’entretiennent les pratiques rituelles protohistoriques de Gaule méridionale et d’Espagne avec celles connues dans le monde celtique d’une part et ailleurs en Méditerranée d’autre part. L’étude de ces liens n’est certes pas absente des recherches précédentes, cependant elle a été focalisée pendant longtemps sur les rapports avec les civilisations classiques – le monde gréco-romain en particulier – dans une approche tournée essentiellement vers les manifestations d’un syncrétisme méditerranéen plus ou moins abouti ;  depuis quelques années, d’autres chercheurs soulignent les rapprochements nécessaires avec les découvertes concernant les pratiques rituelles celtiques effectuées en Europe continentale, mais la Gaule méridionale et l’Espagne y ont toujours été associée de manière un peu anecdotique. Notre approche sera de mêler ces deux domaines – mondes méditerranéens et Europe celtique continentale – sans les exclure, grâce au concours de chercheurs venus de divers horizons et aux liens noués avec les spécialistes de ces deux grands espaces géographiques.

Il s’agira aussi de replacer les pratiques rituelles au cœur des sociétés et de prendre en considération leur rôle et leur place dans les différentes cultures étudiées, sans les déconnecter de leur milieu, pour offrir une vision dynamique et diachronique de la place de ces pratiques rituelles au sein des pratiques sociétales ; le recours à l’ethnologie sera ici déterminant par l’ouverture du champ des possibles qu’elle permettra. Nos travaux porteront sur les liens qu’entretiennent les pratiques rituelles avec le politique – insertion des espaces à vocation rituelle au sein des habitats, représentation héroïsée des ancêtres –, avec l’organisation et le marquage des territoires – examen de la notion de sanctuaire de frontière, rôle des stèles –, avec l’économie et le commerce – pratiques propitiatoires, invocations –, avec aussi  la place de l’individu dans la société, et enfin avec l’affirmation identitaire face à d’autres cultures, en contexte d’acculturation libre (voisinage ethnique) ou forcée (contexte colonial).

Ces objectifs pourront être atteints grâce à la mise en place d’études documentaires systématiques, avec des grilles d’analyses multi-critères, pour dépasser l’analyse globale de ces processus forcément complexes et difficiles à saisir, afin d’affiner notre vision des pratiques rituelles de l’âge du Fer dans les régions bordant le bassin nord de la Méditerranée occidentale. Enfin, cette mise au net des connaissances permettra également de mieux intégrer toute nouvelle découverte présentant un caractère rituel et de poursuivre sur des bases solides les recherches sur cette thématique, au sein de l’équipe constituée grâce à ce projet.

Notre projet s’appuie en effet sur une équipe nombreuse et solide appelée à se pérenniser puisqu’elle mêle jeunes chercheurs, chercheurs confirmés en pleine maturité scientifique, chercheurs seniors et doctorants à différents stades de leurs travaux. Les membres de l’équipe PRISME se sont rencontrés soit au sein de leur équipe de recherche, soit dans le cadre de rencontres scientifiques (colloques, séminaires, réunions de travail), soit sur des chantiers de fouille. La convergence de nos thématiques de recherche globales et de certaines de nos problématiques nous ont conduit à nous réunir pour présenter ce projet de travail pour la période 2010-2012. D’abord formé de quelques personnes déjà impliquées ensemble sur des fouilles programmées (principalement), ce groupe de travail s’est progressivement élargi et la mise en place de ce projet m’a conduit à contacter plusieurs autres chercheurs, travaillant de façon plus ou moins étroite sur la thématique des pratiques rituelles protohistoriques, qui ont dans leur très grande majorité répondu favorablement à mes sollicitations, et sont donc venus consolider ce programme et former les premiers jalons d’un réseau de collaborations nationales et internationales destiné à s’amplifier. Cette équipe permettra de développer dans le Midi des recherches sur la thématique des pratiques rituelles protohistoriques, qui n’ont jamais encore été véritablement traitées au sein de l’UMR5140. Depuis mon intégration en tant que Maître de Conférence, je m’attache à y développer ce nouvel axe de recherche et ce projet ANR fournirait le support idéal à la mise en place de notre groupe de travail avec pour objectif l’inscription de cette thématique dans le programme scientifique de notre équipe pour le prochain contrat quadriennal de l’UMR (2011-2014), dans lequel s’inscrirait la fin du projet PRISME. Ce projet s’appuie donc tout d’abord sur des collaborations fortes au sein même de l’équipe de protohistoire et plus largement au sein de l’UMR5140 et ensuite sur des relations de travail avec des collègues extérieurs à l’UMR, en France et à l’étranger. De fait, parallèlement à la constitution d’une équipe au sein de mon laboratoire, la conduite de ce projet serait déterminante dans la mise en place d’un réseau sur la thématique des pratiques rituelles protohistoriques du bassin nord-occidental de la Méditerranée et pour faire fructifier les premiers contacts très positifs établis dans la phase préparatoire de ce projet.

3. Programme scientifique et technique, organisation du projet

L’étude des pratiques rituelles comprend d’une part l’accès aux données matérielles issues de fouilles en cours ou de fouilles anciennes et d’autre part la mise au point d’un arsenal théorique important. Dans notre volonté d’approche globale des manifestations de type symbolique observées dans les sociétés protohistoriques des régions méditerranéennes de la France et de l’Espagne, nous avons cependant été conduits à distinguer plusieurs volets de recherche indépendants et complémentaires.

Ce projet de recherche s’articulera autour de trois tâches complémentaires (tâches n°1, 2 et 3) constituant l’armature du programme scientifique du projet, avec deux tâches transversales (n°0 et n°4) qui seront au cœur de notre problématique et de nos objectifs scientifiques. Nous devons insister toutefois, en dépit de ce découpage, sur l’interaction profonde unissant les différentes tâches qui seront constamment amenées à se nourrir les unes des autres. Ces différentes tâches seront donc conduites successivement ou de front (cf. 3.4. Calendrier du projet), sous la coordination des personnes les plus compétentes pour chaque domaine et les plus directement concernées par le thème précis de chaque tâche.  Les membres de l’équipe participeront à une ou plusieurs tâches, avec des degrés d’implication plus ou moins forts dans chacune d’entre elles.

Tâche n°0 : Coordination du projet, par Réjane ROURE

– vocabulaire

– définitions

– protocoles d’études

Tâche n°1 : Etudes documentaires, coordonnées par Benjamin GIRARD

– études du mobilier métallique  (coord. B. Girard)

– études céramologiques (coord. R. Roure)

– études archéozoologiques (coord. A. Gardeisen)

– études anthropologiques (coord. H. Duday)

Tâche n°2 : Inventaire et analyse des pratiques rituelles domestiques, coordonnés par Carmen BELARTE

– dépôts en habitat

– manifestations symboliques

– contextualisation des différentes découvertes

Tâche n°3 : Inventaire et analyse des pratiques rituelles collectives, coordonnés par Eric GAILLEDRAT

– bâtiments et espaces publics

– pratique des têtes coupées

– contextualisation des différentes découvertes

Tâche n°4 :  Modèles et convergences, tâche transversale coordonnée par Philippe BOISSINOT

– multiculturalisme, acculturation et syncrétismes

– comparaisons européennes et méditerranéennes

– pistes ethnographiques

L’harmonisation du vocabulaire et des définitions employés, la normalisation de nos protocoles d’études, constituent des préalables indispensables mais seront aussi régulièrement réactualisés en fonction de l’avancée des autres volets du projet. Nous avons choisi ensuite d’isoler les études documentaires concernant les différents types de vestiges découverts en contexte rituel (ou susceptible d’être rituel) qui formeront une part non négligeable du travail à fournir dans le cadre de ce projet mais qui ne correspondent bien entendu qu’à une étape préliminaire de l’étude ; les données obtenues lors de ces études documentaires seront utilisées pour les analyses des pratiques inventoriées dans le cadre des tâches 2 et 3. Celles-ci, menées en parallèle, représenteront une part conséquente du projet, avec une première partie qui pourra être achevée dans un délai relativement bref – l’inventaire – tandis que la seconde partie de ces tâches – l’analyse des différents types de pratiques rituelles et symboliques – conduira à l’aboutissement de notre projet de recherche. Il est apparu plus opératoire de distinguer d’une part le cadre domestique (tâche n°2) et d’autre part le cadre public ou collectif (tâche n°3) puisqu’il s’agit de deux sphères difficilement réductibles l’une à l’autre, même si les convergences possibles entre pratiques rituelles de l’une ou l’autre dimension seront bien entendu prises en compte. L’insertion des pratiques rituelles au sein des diverses sociétés étudiées ainsi que leur évolution feront l’objet de la dernière tâche, pensée comme une tâche transversale car nourrie des études précédentes tout en les alimentant dans un processus dynamique continu, et dont les présupposés théoriques feront l’objet de discussions dès les premières rencontres de notre équipe.